Le mobilier du jardin thérapeutique

-
-
-
-
-
-
-
Le choix du mobilier utilisé dans un jardin enrichi thérapeutique, est un domaine qui a fait l'objet d'une vaste exploration en interaction avec les soignants, les résidents et les professionnels de santé

Le mobilier dans un jardin est un élément dont il ne faut surtout pas négliger l'importance dans la conception d'un jardin thérapeutique. Les différents choix qui seront fait à son propos, faciliteront la bonne fréquentation et l'appropriation du jardin par les résident(e)s en institution médico-sociale.

Quels sont les critères à prendre en compte?

L'ergonomie

En fonction du profil des patients, les enjeux ergonomiques sont différents. Dans certains cas, ils deviennent critiques, notamment lorsqu'il s'agit de bancs ou d'assises en général. La hauteur, la profondeur de l'assise, l'inclinaison du dossier, la présence d'accoudoirs doivent être adaptées. Pour des personnes âgées dépendantes, on va privilégier une hauteur d'assise de 48-50 cm qui facilitera la verticalisation après un séjour sur un banc - on évitera une assise trop profonde avec un dossier très incliné vers l'arrière. A fortiori, une population de cérébro-lésés ainsi que certaines formes de handicaps physiques s'accommoderont mal d'un dossier inclinés vers l'arrière et préféreront une position vertical pour avoir une autonomie à se relever ensuite. 

Une attention sera portée également à la couleur des bancs, qui avec des populations souffrant de déficience visuelle, apprécieront une couleur vive qui permettra de les repérer à distance, et ainsi de mesurer leur effort, lorsque le besoin d'une pause de fera sentir.

Le choix des matériaux est aussi un élément essentiel. Une matière qui absorbe la chaleur et créé une assise ou une rampe d'appui "brûlante" au soleil devra être évitée, certaines essences de bois offre un meilleur confort et sensation de sécurité... notamment si elles vieillissent bien dans le temps, sans formation d'échardes ou de pourrissement de surface avec l'humidité.

Inversement, pour des populations jeunes, en fonction de leur profil, les contraintes seront différentes. L'ergonomie du mobilier ne concerne pas exclusivement les bancs. Ainsi on portera une attention particulière à chacun des éléments suivants :

  • rampe d'appui ( hauteur, écartement, diamètre de la rampe, matériau utilisé)
  • table de repas de jardin ( hauteur, écartement du banc, passage des jambes sous la table, emplacement des pieds de table, accès en fauteuil roulant...)
  • jardinière ( hauteur de la jardinière, accès en fauteuil roulant, angle,  inclinaison de la jardinière, emplacement des pieds de la jardinière, profondeur de terre cultivable vs hauteur de passage en fauteuil sous la jardinière...)
  • kiosque ou pergola : dimensions générales sous le kiosque et facilité de circulation et de manoeuvre de fauteuils roulants, positionnement (ou non) de points d'appuis, surface d'ombrage...
  • velum d'ombrage : facilité de circulation hauteur des poteaux s'il en est, et facilité de manoeuvre et d'inclinaison des voiles en fonction de l'orientation du soleil
  • parasol : forme et dimensions du pieds de parasol risquant de gêner le passage, voire d'induire des chutes, manoeuvrabilité du parasol, surface d'ombrage
  • Hamac-assis, assis-debout : pour chacun de ces éléments il convient d'adapter l'ergonomie aux attentes et fragilités des résidents

L'esthétique

On observe souvent des choix sur le mobilier qui sont fait en donnant la priorité à la sécurité et l'ergonomie, plaçant l'esthétique dans un second plan. Or ce critère est tout aussi important. Le mobilier habille le jardin, lui offre une continuité à travers les saisons, et constitue un levier important de l'invitation permanente à fréquenter le jardin. Un mobilier trop rustique où le bois s'il est présent est peu travaillé où les angles ne sont pas chanfreinés, où les formes apparaitront très rudimentaires, sera écarté au profit de modèle qui inspireront une convivialité, une chaleur des matériaux, une douceur au toucher.  Nous avons pu observer combien ce critère avait une influence importante sur la sollicitation naturelle et l'appropriation d'espaces dans un jardin.

L'emplacement du mobilier

Le mobilier ( la liste non exhaustive qui en est donnée plus haut) accompagne la circulation du résident dans le jardin. Il convient d'anticiper ses attentes en créant aussi bien des espaces de pause, des points de rencontres, que des lieux d'intimité. Le choix de  l'emplacement du mobilier devra tenir compte des efforts et de la fatigue rencontrée au cours d'une promenade, mais aussi être une invitation à aller plus loin et ne pas rester sur la terrasse ou à l'entrée du jardin. On tiendra compte de l'exposition au soleil , au vent, en privilégiant des coins plus abrités.

Concernant les bancs ou les fauteuils, il est souvent question de les sceller au sol, pour éviter les risques de "basculement". Nous recommandons de choisir des bancs avec une assise stable et qui pourront être déplacés à certaines occasions. Cela permet de renouveler les expériences au jardin, de s'adapter à certains espaces plus fleuris pendant certaines saisons. Il arrive fréquemment qu'un lieu peu fréquenté hier, soit préféré plus tard, parce que la végétation s'y est développée de façon harmonieuse, parce qu'on y a trouvé soudain une convivialité, parce qu'il est l'écart d'une nuisance sonore qui s'est révélée avec le temps....

Les motivations peuvent multiples, parfois irrationnelles, mais il faut laisser cette liberté de mouvement à l'intérieur du jardin.

Durabilité et écologie du mobilier

De nombreux critères peuvent être partagés:

  • un mobilier qui ne nécessite pas d'entretien particulier
  • un mobilier qui utilise des matériaux durables : un bois résistant aux intempéries et conserve un aspect esthétique - pour cela les conditions de séchage, la traçabilité des matériaux, les traitements thermiques subis ont une influence importante
  • un mobilier fabriqué avec des matériaux respectueux de l'environnement : certains bois exotiques proviennent de gestion peu respectueuses des forêts
  • l'utilisation de matériaux recyclés : des initiatives de plus en plus nombreuses émergent dans ce domaine, combinant à la fois l'esthétique et la durabilité des mobiliers