Syndrome de manque de nature

-
Reconnaître que la Nature nous fait du bien, c'est surtout affirmer que son absence nuit à notre équilibre et notre développement personnel

Le syndrome de manque de nature (ou Nature Deficit Disorder) a été décrit par des chercheurs canadiens qui ont souligné ainsi combien le contact régulier avec la Nature  était un élément essentiel pour la construction de chaque enfant sur le plan psychologique et physique. Nous vous invitons à lire le livre publié en 2005 par Richard Louv "Last Child in the Woods".

L'idée générale portée par les études associées à la description de ce syndrome, est que la nature est une composante essentielle à l'équilibre de chacun. Son absence est source d'instabilité et de désordre... assurer un contact régulier avec la nature est un vecteur de stabilité.

L'univers de vie que nous nous sommes construits, nous a éloigné de ce contact régulier et nous a mis à jour les effets négatifs de ses carences.

Toucher l'écorce, creuser la terre, caresser la mousse, s'enfoncer dans la boue, se rouler dans l'herbe sont des expériences positives dans la construction de l'enfant, dont il se trouve privé lorsqu'il est handicapé, en fauteuil roulant.

Restaurer ce contact avec la nature est simplement un retour à la normale.