Jardin thérapeutique et hortithérapie

-

On écrit beaucoup d'articles de vulgarisation sur l'hortithérapie.  Notre équipe a revisité l'hortithérapie en l'adaptant dans sa conduite à la perception du temps rendue plus complexe par des maladies neurodégénératives

Inspirés des pratiques du jardinage, les suggestions sont nombreuses. Pourtant il était nécessaire de prendre en compte le temps long que des patients atteints dans la gestion de la mémoire immédiate ne parvenaient plus à appréhender.

Le jardin peut alors redevenir un espace de découverte, où l'apparition d'une jeune pousse, la floraison, la maturation d'un fruit ne représente plus des délais infinis.

Notre enjeu était de repositionner l'activité de jardinage dans une dimension temporelle perceptible. Même le radis de 6 semaines, représentait déjà une temporalité trop longue pour des patients Alzheimer. Il nous a fallu revoir toutes les pratiques et organiser l'espace afin d'offrir au patient, au résident d'EHPAD une relation avec le végétal qui fonctionne correctement.

De même pour chaque profil pathologique, nous avons re-travaillé le fonctionnement des activités de jardinage afin de les adapter en addictologie, en psychiatrie, en gériatrie, sur différents profils de handicaps et pour les autistes.

L'enjeu de créer une relation apaisée avec la nature nécessite une adaptation de la nature aux capacités de perception des différents patients. Suivant que l'on est un enfant autiste ou une personnes âgée, l'objectif n'est pas le même.